Sunday, March 01, 2009

INVITATION A UNE CONFERENCE PUBLIQUE A SAINT HELIER, JERSEY

INVITATION A UNE CONFERENCE PUBLIQUE (in English below)

le jeudi 12 Mars 2009 à 18H45 Heure Locale (19h45 Heure Française)au St Paul's Centre, Dumaresq Street à Saint-Helier à Jersey, Ile anglo-normande

LES CENTRES FINANCIERS OFFSHORE: Passé, présent, futur

Pourquoi une réforme majeure s'impose

Avec l'aggravation de la crise économique à l'échelle mondiale, l'attention se porte sur les fonds spéculatifs et les aspects cachés du système bancaire. Les responsables des pays qui participent au G-8 et au G-20 en appellent à des régulations plus strictes pour régir le système financier. Certains d'entre eux, notamment les présidents Obama et Sarkozy, la Chancellière Merkel, Dominique Strauss Kahn du FMI, et bien d'autres ont signalé le rôle joué par les paradis fiscaux dans l'accueil qu'ils réservent à ces pratiques bancaires empreintes d'opacité. Ils en appellent à des mesures drastiques pour réduire ces maillons faibles de la régulation et mettre un terme à l'industrie de l'évasion fiscale. Avec le durcissement de la crise et son élargissement à d'autres secteurs de l'économie, ainsi qu'à d'autres régions du monde, la pression va nécessairement s'accentuer pour exiger des réformes sérieuses.

La société civile internationale soutient toutes les tentatives visant à s'opposer aux pratiques scélérates qui ont pour cadre les paradis fiscaux et judiciaires. Nos organisations sont unanimes pour affirmer aussi qu'il importe d'accompagner, par des mesures de protection à l'égard des habitants les plus modestes de ces entités offshore, toutes les actions visant ceux qui, au sein de ces entités, favorisent l'évasion fiscale et la spéculation financière.

Malgré l'énormité des sommes déposées dans ces places financières, beaucoup d'habitants y mènent une existence difficile du fait du coût très élevé de la vie et de la difficulté à exercer des emplois en dehors de la finance. En outre, ces habitants sont victimes de politiques fiscales régressives qui subventionnent les riches au détriment des autres, et du rétrécissement à une activité économique quasi unique par étouffement des activités traditionnelles comme l'agriculture et le tourisme. En outre, on mesure l'impact extrèmement nocif de l'évasion fiscale sur les pays en développement. On en estime le coût, pour ces seuls pays, à 250 milliards de Livres par an, somme qui suffirait à couvrir plusieurs fois les dépenses envisagées pour atteindre les Objectifs du Développement du Millénaireet à aider les gouvernements de ces pays à sortir leurs populations de la pauvreté.

A la mi-mars,les Ministres des Finances du G-20 se rencontreront en Grande-Bretagne pour des discussions préliminaires en vue du sommet du G-20 qui aura lieu à Londres le 2 avril 2009. Nous en appellerons au G-20 pour obtenir la mise en oeuvre de réformes cohérentes à l'échelle mondiale du système monétaire, en particulier pour combattre la spéculation, l'évasion fiscale et l'opacité bancaire. Ces réformes vont très sérieusement peser sur de nombreux paradis ficaux et judiciaires. Nous pensons qu'il est de la plus haute importance de discuter de ces réformes avec la population jersiaise. Cette île a attiré l'attention des médias internationaux qui y voient un centre majeur de la véritable industrie qu'est devenue l'évasion fiscale. On peut espérer un échange de vues afin de déterminer des perspectives conduisant les gouvernements et la société civile à travailler au mieux pour faire advenir des solutions durables à la crise financière actuelle. Il importe d'envisager des scénarios de sortie par le haut pour ces paradis fiscaux si dépendant de leur industrie de services financiers offshore.

Chacun sait désormais que l'industrie financière mondiale ne répond pas actuellement à l'intérêt général. Cette industrie est devenue non maîtrisable par sa complexité. Ses activités manquent totalement de clarté. Les tentatives pour les réguler sont fragmentaires et affaiblies par le laxisme délibéré de centres financiers offshore comme Londres et ses satellites insulaires qui sont des paradis fiscaux et judiciaires.Il est urgent de mettre au point des stratégies nouvelles pour préserver l'emploi et favoriser des prêts à destination de projets qui servent des finalités à caractère social et environnemental.Notre action repose sur l'espoir que la population jersiaise comprendra qu'il lui est possible de jouer un rôle dans cetteévolution, nous invitons les jersiais et leurs élus à nous rejoindre pour une rencontre à 18h45 le jeudi 12 mars 2009.

++++++++

English:

Invitation to Members of the States of Jersey
INVITATION TO A PUBLIC SEMINARon Thursday 12th March, 2009 – 6,45pmLOCATION: St. Paul's Centre, Dumaresq Street, St. Helier (Upper Hall), JerseyOffshore financial centres: past, present, futureWhy major reform is vital
As the global economic crisis unfolds, the activities of hedge funds and the shadow banking system are coming under increased scrutiny. Leaders of the G-8 and G-20 countries are calling for stricter regulation of the financial system. Some of them, including Presidents Obama and Sarkozy, Chancellor Merkel, Dominique Strauss Kahn at the International Monetary Fund, and others, have noted the role that tax havens have played in hosting this shadow banking world, and are calling for strong measures to remove these weak links in the regulatory chain, and put an end to the tax avoidance industry. Pressure for major reform will increase as the crisis deepens and widens to other economic sectors and regions of the world.International civil society supports efforts to tackle abusive practices carried out through tax havens. Our organisations also believe that any actions taken against those who facilitate tax dodging and financial speculation must be accompanied by measures to protect the poorer residents of tax havens. Despite the enormous wealth located in these places, many people living in tax havens are badly affected by the high local cost of living and the lack of employment opportunities outside the banking industry. They are also frequently victims of regressive tax policies, which subsidise rich people at the expense of others, and the lack of economic diversity caused by crowding out of traditional industries like tourism and agriculture. Furthermore, tax dodging has an extremely harmful effect on the developing world. The practice costs developing countries alone an estimated £250 billion every year - money which could be used to reach the UN's Millennium Development Goals several times over, and help the governments of poor countries lift their citizens out of povertyIn mid-March the G-20 finance ministers will be meeting in England for preparatory discussions leading up to the G-20 summit meeting in London on 2nd April 2009. We will be calling on the G-20 to implement comprehensive reforms of the global financial system, including measures to counter speculation, tax avoidance and the shadow banking system. These reforms will profoundly impact on many tax havens. We believe it important that we discuss the necessity for reform with the people of Jersey, which has attracted international media attention as a major centre of the tax avoidance industry. Such discussion will allow an exchange of views on how governments and civil society can work constructively towards finding durable solutions to the current financial crisis and exit strategies for tax havens that are highly dependent on their offshore financial services industry.It has become clear to everyone that the global banking industry does not currently serve public interest. It is over-complex. It lacks operational transparency. Attempts to regulate its activities are fragmented and weakened by the laxity of regulation in offshore centres like London and its small island satellite havens. We urgently require new strategies to preserve jobs and generate lending that will serve useful social and environmental goals. We hope that the people of Jersey will recognise that they can play a positive role in this process and we invite them and their elected representatives to join us at our meeting at 18h45 on 12th March 2009.
This invitation was mailed to every Member of the States of Jersey on 20th February 2009 by the following organisations:
ActionAid - http://www.actionaid.org/
Alliance Sud - http://www.alliancesud.ch
ATTAC - http://www.france.attac.org/
Banktrack - http://www.banktrack.org/
Berne Declaration - http://www.evb.ch/en/index.cfm
Campagna per la riforma delle Banca Mondiale - http://www.crbm.org/
Christian Aid - http://www.christianaid.org.uk/
CIDSE - http://www.cidse.org/
The Cornerhouse - http://www.thecornerhouse.org.uk/
Debt and Development Coalition Ireland - http://www.debtireland.org/
Eurodad - http://www.eurodad.org/
Friends of the Earth Europe - http://www.foeeurope.org/
Global Witness - http://www.globalwitness.org/
Les Amis de la Terre - http://www.amisdelaterre.org/
Netwerk Vlaanderen - http://www.netwerkvlaanderen.be/en/
Tax Justice Network - http://www.taxjustice.net/
War on Want - http://www.waronwant.org/

1 Comments:

Blogger Henry said...

Interesting. Is that Jersey French or standard French? Do the Jersey people use standard French?

I hope the obvious question will be asked - what is the matter with countries' tax systems that makes it possible to avoid paying by using off-shore tax havens? As fishermen and farmers of Calvinst origin, these islanders might suggest that the Chancellor and his ilk should use tools that are robust enough for the task.

11:59 pm  

Post a Comment

Links to this post:

Create a Link

<< Home