Sunday, May 24, 2009

French banks seek tax haven crackdown?

We recently published detailed research surveying European companies' presence in tax havens, finding that the biggest user of tax havens in every country surveyed was a bank. And we recently noted all sorts of financial dirty dealings in France, involving the banking system. Now for something completely different.

The Fédération Bancaire Française (FBF,) the French Bankers' Federation, has issued statements concerning tax havens. We can't find the links on their web site (they were sent to us by a trusted colleague), so we've pasted them (in French) below. An article from the left-leaning French daily Libération encapsulates the spirit of the statement, in its first sentence:

"Have French banks joined Attac? Look at them taking the initiative on regulating tax havens . . . you have to pinch yourself because it is so hard to believe"

From the FBF, Statement 1 starts like this:

"The fight against tax havens and non-co-operative jurisdictions has been recognised by the G20 as one of the strong priorities for reform of the international financial system. French banks totally share this objective. Wishing to contribute as effectively as possible to this common action, they have elaborated a set of propositions."


Ignoring to what extent sincerity lies behind this statement, this blogger is not aware of a group of banks ever having got together to say anything like this before. It's eye-catching, and refreshingly unusual. So far, we like it.

What are their proposals? Statement 2 contains more details:

- Proactivity in international co-operation (TJN: they put a stress on blacklists - TJN is fiercely opposed to the way that the OECD's blacklist was formulated, but accepts that the list process has served as a source of pressure - as this remarkable letter from the Cayman Islands shows)
- Extension of rules of internal control applicable in Europe (except when local rules are stricter)
- transparency on their local operations - "Each year, addressing to the supervising authority a resumé mentioning their local operations (subsidiaries, branches or representative offices) in non-co-operative countries, describing their principal activities. This will be presented to the board of directors or to the supervisory council and every new local operation in one of these countries will be submitted to a high-level authorisation procedure within the group. If a country is on a list of non-cooperative countries where it was not previously, an examination of the situation will be conducted and submitted to high-level review." (TJN: this is far from being the kind of country-by-country reporting that TJN is pushing for, though it is clearly a recognition of the importance of the principle.)
- Specific governance for less co-operative countries "The board of directors or supervisory council will decide within three months on a mechanism for restricting activities, going as far as a total cessation of them, taking into account the adequacy of oversight."
- transparency of operations with less co-operative countries.
"Regarding the least cooperative countries, having information available to the banking authorities of the country of the group headquarters about certain operations in the field that led to the classification of the country in this category, and applying to these operations a surveillance regime defined by the international community."

Statement 1 throws down the gauntlet to other European bankers, explicitly proposing that they engage on these five points. The bankers (yes, pinch yourself, this is bankers talking) also note four main principles worth looking for. We paraphrase:
  1. This is a global battle. The whole international community must mobilise to create desired rules and have them respected (TJN: we agree)
  2. This battle is on three fronts:
    - money laundering and terrorist finance (TJN: OK, but there are bigger things to focus on)
    - tax evasion (TJN: yes - this is one of the big ones)
    - a lack of regulation or supervision of instruments, markets or institutions with systemic imporance (yes - this touches on the other big one).
  3. An agreement between states on the rules which each member of the international community must respect
  4. Lists of non-cooperative countries must be formulated in a multilateral forum in a transparent manner (TJN: yes - unlike the OECD process!)
A few points things to end. First, these changes do not go nearly far enough, though they do represent progress. Second, the broad statements and tone are right. Third, the bankers correctly note that only "a strong and co-ordinated enagement on the part of states" will do in terms of pushing the agenda forward. Fourth, a note of caution. These are, after all, just words - and companies and their representative associations the world over are notorious for making superficial changes under the cover of fine words, while leaving everything else the same. It is quite possible that this is the case here. Note the interview that Les Echos carried (reproduced in Liberation) with FBF president George Pauget, noting that while information was to be presented to supervisory authorities, it would not be made available to the public. And also that there is a big - a very big - question mark over the OECD's list, which Pauget described as "practically unusable because of its scope."

Nevertheless, the fact that they have made a statement like this is significant, and it elaborates and recognises principles that are most welcome. Let's now see how this is followed up. Let's see if the OECD can't start seeing some sense in its list-making. And let's see if British or American bankers can have the courage to come out with something similar. We won't be holding our breaths for that one.

The original statements (in French):
Statement 1
22 mai 2009

LES BANQUES FRANÇAISES PROPOSENT AUX AUTRES BANQUES EUROPEENNES UN ENSEMBLE DE MESURES CONCERNANT LEURS ACTIVITES DANS LES PAYS NON-COOPERATIFS
La lutte contre les paradis fiscaux et juridictions non-coopératives a été reconnue par le G20 comme une des priorités fortes de la réforme du système financier international. Les banques françaises partagent totalement cet objectif. Soucieuses de contribuer le plus efficacement possible à cette action commune, elles ont élaboré un ensemble de propositions.

Ces propositions se fondent sur quatre constatations majeures. La première est que cette lutte est globale. Toute la communauté internationale doit se mobiliser et s'engager pour édicter les règles voulues et les faire respecter. La deuxième est que cette lutte se mène sur trois fronts : contre le blanchiment d’argent sale et le financement du terrorisme, contre la fraude fiscale, et contre l’insuffisante régulation ou supervision des instruments, marchés ou institutions d’importance systémique. La troisième est que le passage obligé de cette lutte est un accord entre Etats sur les règles que tout membre de la communauté internationale doit respecter pour que les transactions publiques ou privées avec une entité relevant de sa juridiction soient autorisées par les autres pays. La quatrième est que les listes de pays non coopératifs, c’est-à-dire ne respectant pas les règles internationales dans chacun des domaines concernés, doivent être établies dans un cadre multilatéral et de façon transparente, avec une claire indication de ce qui est licite et de ce qui ne l’est pas, et des sanctions applicables, le cas échéant.

Par conséquent, des traitements différenciés doivent être appliqués aux pays non coopératifs, selon la nature des listes sur lesquelles ils figurent. Les propositions ci-dessous reposent sur le dispositif existant d’élaboration des listes (GAFI, forum mondial de l’OCDE) et seront modifiées si ce dispositif évolue.

Si la mise en œuvre de ces propositions est d’abord de la responsabilité des pouvoirs publics, les entreprises en sont parties prenantes, et notamment celles du monde de la finance. Les banques françaises affirment leur intention ferme d’y jouer un rôle exemplaire.

Les banques françaises proposent en conséquence à l’ensemble des banques européennes de s’engager sur les cinq points suivants, auxquels elles sont d’ores et déjà prêtes à souscrire, mais qu’elles souhaitent voir mis en œuvre au niveau de l’Union européenne dans le respect des règles qui régissent les relations entre les Etats membres et des lois en vigueur dans les pays concernés.

1) Premier engagement : Proactivité dans la coopération internationale
Respecter scrupuleusement les règles et principes dégagés par la communauté internationale, offrir une coopération franche pour leur élaboration afin de leur assurer le maximum d’efficacité et contribuer dans la mesure de leurs moyens à l’élaboration de règles internationales aussi efficaces que possible, notamment en ce qui concerne les listes de pays non coopératifs établies par les autorités.

2) Deuxième engagement : extension des règles de contrôle interne applicables en Europe
Pratiquer dans l’ensemble de chaque groupe bancaire les règles et principes déontologiques applicables dans l’Union européenne, sauf si les prescriptions locales sont plus strictes.

3) Troisième engagement : Transparence sur les implantations
Adresser chaque année à l’autorité de supervision un état mentionnant les implantations (filiales, succursales ou bureaux de représentation) dans les pays non-coopératifs et décrivant les principales activités effectuées.
Cet état sera présenté au conseil d’administration ou au conseil de surveillance et toute nouvelle implantation dans l’un de ces pays sera soumise à une procédure d’autorisation à haut niveau au sein du groupe.
Si un pays est inscrit sur une liste de pays non coopératifs où il ne figurait pas préalablement, un examen de la situation sera fait et soumis à une instance de haut niveau.

4) Quatrième engagement : Gouvernance spécifique pour les pays les moins coopératifs
Dès lors qu’un pays sera inscrit sur une liste spécifique des pays les moins coopératifs, le conseil d’administration ou le conseil de surveillance se prononcera, dans les trois mois, sur un dispositif de restriction des activités, pouvant aller jusqu’à l’arrêt total de celles-ci, en tenant compte de l’adéquation du dispositif de contrôle.

5) Cinquième engagement : Transparence sur les opérations avec les pays les moins coopératifs
S’agissant des pays les moins coopératifs, tenir à disposition des autorités bancaires du pays de la société mère du groupe des informations sur certaines opérations relevant du domaine ayant conduit au classement du pays dans cette catégorie et appliquer à ces opérations le régime de surveillance particulier défini par la communauté internationale.

Statement 2
Paris, le 22 mai 2009

Pays non coopératifs : Les banques françaises prennent l’initiative en Europe Les banques françaises, réunies au sein de la Fédération Bancaire Française (FBF), viennent de proposer aux autres banques européennes un ensemble de mesures concernant leurs activités dans les pays non coopératifs (« paradis fiscaux »).

Elles répondent ainsi à la demande du Président de la République qui, lors d’une réunion à l’Elysée le 10 avril dernier, a encouragé la communauté bancaire à se montrer une force de proposition au niveau européen dans tous les domaines abordés par le G20 et particulièrement dans ses relations avec les pays non coopératifs.

Prenant l’initiative (comme elles l’avaient déjà fait en début d’année sur la rémunération des opérateurs des marchés), les banques françaises proposent aujourd’hui que l’Europe partage explicitement quelques principes et bonnes pratiques pour renforcer la lutte contre les zones d’opacité qui nuisent à la sécurité du système financier mondial.

Ces propositions sont les suivantes :
- proactivité dans la coopération internationale,
- extension des règles de contrôle interne applicables en Europe,
- transparence sur les implantations,
- gouvernance spécifique pour les pays les moins coopératifs,
- transparence sur les opérations avec les pays les moins coopératifs.

Elles reposent donc d’une part sur l’application rigoureuse d’un principe de transparence (sur les implantations, sur les opérations avec les pays les moins coopératifs) et d’autre part sur des règles de gouvernance particulières et renforcées (extension des règles de contrôle interne applicables en Europe, vigilance accrue des organes de décision des groupes, pouvant aller jusqu’à la fermeture d’activités).

Seul un engagement fort et coordonné des Etats, responsables exclusifs de l’élaboration des règles internationales (notamment des listes de pays non coopératifs, dites listes « grise » ou « noire ») et de leur mise en œuvre au niveau des lois nationales, permettra aux efforts des professionnels européens de la finance d’être réellement et pleinement efficaces.

Contacts :

Colette Cova – tél : 01 48 00 50 07 - e-mail : ccova@fbf.fr
Kenza Benqeddi – tél : 01 48 00 50 70 – e-mail : kbenqeddi@fbf.fr

www.fbf.fr

1 Comments:

Anonymous Christian said...

The link to the proposal is : http://www.fbf.fr/web/internet/content_presse.nsf/WebPageList/8464F239DD50B7BEC12575C1002C2CE6

12:20 am  

Post a Comment

Links to this post:

Create a Link

<< Home